Bienvenue dans l’univers des Poids Akan ou Poids Baoulé.

 

“Derrière chaque bijou, chaque objet se cache une histoire !

Le sens et la valeur…La valeur marchande bien sûr, mais surtout la valeur historique.”

 

Pourquoi appelle-t-on les Poids Baoulé, ainsi ?

Tout d’abord, on les appelle des « Poids » car aux temps des grands empires Africains, dans le Golfe de Guinée et surtout dans la région du Ghana actuel, ils servaient à mesurer des pépites d’or et la Sika, la poudre d’or.  En effet, cet or était la monnaie d’échange en vigueur à cette époque.

Les poids à peser l’or dits « Poids Akan » ou « Poids Baoulé » étaient de petites figurines de bronze et de laiton obtenues par la technique de la cire fondue. Ils ont été utilisés dès le XIIIe siècle dans les échanges commerciaux.

De nos jours, ces poids, si caractéristiques de la culture Akan, sont encore fabriqués selon cette technique ancestrale. Les Akan sont un grand groupe ethnique de l’Afrique de l’ouest. On les retrouve dans plusieurs pays comme la Cote d’ivoire, le Ghana, le Togo. Il se divise en plusieurs ethnies : les Fantis et les Ashantis au Ghana, les Baoulés, Agnis, Abrons, Ebrié…en Côte d’ivoire.

En Côte d’Ivoire, les poids Akan sont plus connus sous le nom de Poids Baoulé en référence à l’ethnie qui les produit toujours de façon artisanale. Cette ethnie Baoulé représente environ 23 % de la population du pays. Elle y est installée depuis le XVIIIe siècle, guidée par la reine Abla Pokou.

Les Poids Akan ou Poids Baoulé ont servi jusqu’à la fin du XIXe siècle d’étalon de mesure.

 

Les Poids Akan avaient une autre signification.

Outre leur fonction de poids, ces pièces en bronze ou en laiton avaient une autre signification. En effet, les peuples Akan dans leur grande sagesse leur donnaient un sens. Ainsi,  ils illustraient des proverbes, des paroles sages, des scènes et objets de la vie quotidienne.

Certains Poids servaient de moyen de communication que seuls les initiés savaient déchiffrer. Ils étaient de formes géométriques très variées et comportaient parfois des inscriptions.

Par ailleurs, d’autres poids représentaient des animaux, des armes, des personnages ou des objets de la vie courante. Tous ces poids étaient jalousement conservés dans les familles et représentaient les symboles de leur richesse.

Enfin, chez les Akan, l’or avait un caractère très précieux voire sacré. Il conférait aux familles ou personnes qui en possédait, richesse et pouvoir. Il était transmis en héritage de génération en génération. Encore aujourd’hui, les femmes mais aussi les hommes Akan arborent de lourdes parures faites de Poids Akan en or, lors des cérémonies traditionnelles.

Claire, la créatrice de Perles and Wax passionnée par ces objets d’art africains utilise ces poids Baoulé pour customiser certains de ses cabas. Ils ont été chinés à Port Gentil au Gabon et représentent un clin d’œil à l’Afrique, berceau de la créatrice. Claire a également fait faire des Poids Baoulé en argent 925 par son artisan bijoutier local. De cette collection capsule, ce sautoir composé de 3 perles de Tahiti en est le témoin. Cliquez sur le lien pour découvrir ce magnifique collier.

Bienvenue dans l’univers Perles and Wax, dépaysement garanti.