La toile de Jouy, simple cotonnade imprimée de scènes champêtres ? 

 

Depuis plus de 200 ans, la toile de Jouy traverse les époques et décore nos intérieurs, sans jamais se démoder. Elle reflète à travers le monde, le bon goût et le traditionnel savoir-faire à la française.

Composée des fleurs orientales, des scènes de genre, de chasse, d’amour, de vie quotidienne, d’événements tel le lancement d’une montgolfière, de thèmes mythologiques… Plus de 30 000 dessins ont été créés par Christophe Philippe Oberkampf, entre 1760 et 1843, à la manufacture de Jouy-en-Josas.

Aujourd’hui, cette toile imprimée reconnaissable entre mille habille par petites touches notre intérieur, notre garde-robe et nos accessoires, en mode comme en déco.

Qu’est-ce qu’une toile de Jouy ?

La toile de Jouy est une étoffe de coton traditionnellement monochrome nommée également indienne. Elle dispose d’une large palette de coloris : rouge, rose, bleu, violet, bruns ou gris, généralement imprimée sur un fond écru ou blanc. D’après les puristes les imprimés proviennent de gravures authentiques créées à cette époque.

C’est à Jouy-en-Josas, en 1760, que Christophe-Philippe Oberkampf installe son entreprise de toile de Jouy. Néanmoins, celle-ci n’a pas l’exclusivité de cette toile. D’autres sont imprimées sur les sites de Mulhouse ou de Nantes.

Cependant, sa proximité avec le château de Versailles fait d’elle « le chouchou » de la Cour, de Louis XVI à Marie-Antoinette.

Plus tard, Napoléon sera lui aussi l’un des fans de la toile avant qu’elle perde de son Aura jusqu’à la disparition de la manufacture en 1843. Fort heureuement, la mort de l’entreprise ne signifie pas pour autant la fin de la toile de Jouy dans nos intérieurs. Elle a connu depuis une renommée internationale.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette étoffe n’est ni une marque déposée, ni une appellation d’origine contrôlée. C’est simplement un terme générique, tombé dans le domaine public que l’on utilise pour nommer l’emblématique toile française « à personnages ».

Son histoire

Très en vogue dans la noblesse et la haute bourgeoisie française au début du XVIIIe siècle, la toile de Jouy s’inspire des Indiennes ; traditionnelles étoffes de coton orientales aux couleurs très vives et aux motifs fleuris. Elles sont imprimées à la main ou au tampon de bois gravé.

Pour peindre ces toiles que beaucoup comparent aux « premières bandes dessinées de l’histoire », des peintres de renom ont apporté leur savoir-faire. Tous ont dépeint ce qui deviendra des classiques : des scènes de genre, d’inspiration mythologique ou pastorale avec de nombreux animaux et des fleurs à profusion. Chacun y vaque à ses occupations, qu’il s’agisse de chasse, de déjeuner sur l’herbe, de promenades en forêt ou du travail des champs.

Enfin, ce tissu avait aussi une vocation ludique et d’apprentissage des connaissances. On y retrouve donc des scènes de l’Histoire de France et même de très nombreuses fables de La Fontaine !

 Emblème du bon goût à la française, il rappelle évidemment le charme d’antan. Des maisons de campagne, ce petit air rétro des intérieurs authentiques. Et cette ” Madeleine de Proust “ inspire toujours l’univers de la mode et de la décoration.

Perles and Wax, l’utilise sur certains de ses cabas pour un créer du contraste avec d’autres tissus, comme le Jacquard ou le Wax.

Découvrez les créations composées de cette toile de Jouy !

Bienvenue dans l’univers Perles and Wax.